Au fil des jours·L'entrée du jardin·Rosiers

Nouvelles venues au jardin

Il y a dans mon jardin un petit coin tristounet qui fait pitié à voir. Malheusement, impossible de le camoufler ou de prétendre ne pas le voir, et pour cause : il se trouve à l’entrée même du jardin! Je n’aime pas passer devant à chaque fois que je vais dans le jardin, et  j’aime encore moins le donner à voir aux voisins de la copropriété (j’avais pensé le mettre pour le défi de « la pustule » mais il fallait bien choisir).

Le coin en question avant aménagement, vue depuis l'allée de la copropriété. Admirez ce magnifique barbecue!

 

Il n’est pourtant pas bien grand, environ un mètre sur deux, mais je n’ai jamais trouvé la façon adéquate de l’aménager. Alors, en attendant ce jour, je l’agrémentais, tant que faire ce peut, avec des petites choses ci et là, des chrysanthèmes en hiver, des tulipes au printemps, bref rien de vraiment elaboré, et surtout rien qui ne réponde à mes critères , à savoir :  des plantations hautes afin de cacher le barbecue et le coin repas des regards une fois les beaux jours venus, des plantes qui s’épanouissent à la ombre/mi-ombre, et des plantes basses en limites extrême de terrain afin de ne pas étouffer l’allée de l’immeuble, le tout sur une surface restreinte, sachant qu’il y a déjà un rosier grimpant qui part à l’assaut de l’arche et un autre rosier déjà en place. Bref, la gageure.

Et puis ce samedi, en allant faire un tour à ma jardinerie pour acheter semis de melons et portirons, je suis tombée sur un arbuste que je ne connaissais pas : un Schizophragma Hydrangeoides ‘Rose sensation’ (à ne pas confondre avec l’hortensia grimpant), une plante grimpante qui se plaît à l’ombre et mi-ombre, qui se pare, en juin-juillet, de fleurs à bractées rose pâle similaires à celles de l’hortensia. BINGO. Palissé contre une treille, il masquera coin repas et barbecue, et se mariera à merveille avec le rosier grimpant blanc de l’arche. A taille adulte, il grimpe entre 2.5 et 4m, pour 2 à 3 m de larges; mais je ne le laisserai évidemment pas atteindre de telles proportions.

Schizophragma hydrangeoides blanc (photo internet)

 

Bractées du Schizophragma hydrangeoides 'rose sensation' (photo internet)

 

Puis je suis tombée sur un autre petit arbuste que je ne connaissais pas : un Weigela Florida ‘Monet’ au feuillage panaché légèrement rosé. COUP DE FOUDRE IMMEDIAT. J’ai déjà un Weigela (‘Red Prince’) au jardin, mais il ne ressemble en rien à celui-ci. Il a un port buissonnant et est de petite taille (dans 10 ans il ne dépassera pas les 80cm). Il sera parfait pour mettre à l’avant du parterre.

Mon nouveau Weigela Florida 'Monet'
Weigela Florida 'Monet' (photo internet)

 

Weigela Florida 'Monet' en fleurs (photo internet)

  

En allant vers la caisse, je tombe sur une plante bizarre, dont le feuillage vert anis attire aussitôt mon attention. Il s’agit d’ Helleborus foetidus ‘Yellow Wilgenbroek’. Un hellébore? Mais il reste splendide même sans floraison! J’ADORE! Son feuillage anisé apportera une touche d’éclat à mon parterre durant la belle saison, et en prime cet hiver, j’aurai des fleurs (l’illustration de l’étiquette montre des feuilles jaunes anisé sublimes).

Ma nouvelle hellébore Helleborus Foetidus 'Yellow Wilgenbroek'

 

Helleborus Foetidus 'Yellow Wilgenbroek' en fleurs (photo internet)

 

A présent, au travail. J’en profite pour transplanter dans ce parterre mon rosier grimpant Pierre de Ronsard (planté en début de printemps de l’autre côté de l’arche où il souffrait de l’ombre du gros rhododendron).

Mon jeune rosier grimpant Pierre de Ronsard

 

Rosier Pierre de Ronsard (photo internet)

 

Je déplace également le chétif rosier buissonant André Le Notre pour étoffer la partie basse du rosier haut déjà en place depuis des années. Contrairement à Pierre de Ronsard qui s’est bien étoffé et présente déjà quelques boutons (faut-il les laisser ou non?), André Le Notre n’a jamais eu l’air de bien reprendre depuis sa plantation en début de printemps.

Mon pauvre rosier buissonnant André Le Notre.

 

Rosier buissonnant André Le Notre (photo internet)

 

Rosier buissonnant André Le Notre (photo internet)

 

Rosier buissonnant André Le Notre (photo internet)

 

Quant au Boticcelli, acheté hier pour compléter le parterre, il a pris place entre le Pierre de Ronsard et le Schizophragma hydrangeoides, afin d’étoffer et fleurir la partie basse de l’échelle.

Mon nouveau rosier buissonnant Botticelli

 

Rosier buissonnant Botticelli (photo internet)

 

Puis j’ai replanté l’azalée caduque issue d’une division de ce début de printemps (il faudra que je la taille afin qu’elle se réétoffe, quitte à ne pas avoir de floraison l’année prochaine), les pieris et andromèdes nains qui se trouvaient déjà dans ce coin depuis cet hiver.

Pour finir, plantation d’une bordure de buis, espacés d’une quinzaine de centimètres (la bordure sera basse donc pas besoin d’espacer trop les buis) et, touche finale : mise en place des galets blancs qui mettent bien valeur toutes ces plantations (reste encore à faire la treille où grimpera le Schizophragma hydrangeoides, qui cachera également le barbecue). Résultat en photos:

 

 

 

 

Voilà, je suis bien contente de m’être enfin attaquée à ce coin. Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre que les plantes se développent…

A tout bientôt!

Publicités

6 réflexions au sujet de « Nouvelles venues au jardin »

  1. que de bouleversements chez toii! en tous les cas bravo pour toutes ces plantations. Je trouve que par le biais du blog on progresse vite, ….on a envie de montrer un beau jardin!….bonne journée Geneviève de mondoubsjardin

    1. Bonjour Geneviève,

      Merci pour tes compliments. C’est vrai, tu as raison, j’ai remarqué également que le fait de tenir un blog me booste encore plus, non par souci de compétition mais parce que mon jardin est un peu le reflet de notre personne. Et puis voir le travail des autres est aussi très encourageant et inspirant.
      Bonne journée à toi! Bises,
      Julie

  2. Sacré remaniement julie!
    Ca change tout, c’est certain!!!
    Il n’y a plus qu’à attendre de voir comment tous ces vegetaux vont évoluer au fil des mois..
    Les galets eclaircissent le coin mais est ce que cela ne va pas compliquer l’entretien de tes rosiers??
    Remarque, en écartant autour des pieds, ça devrait aller..
    La bordure de buis termine joliment tout ceci!
    Beau boulot!
    Bises
    sophie

    1. Bonjour Sophie,
      C’est sûr que j’ai hâte que tout ça se développe : surtout voir le Pierre de ROnsard partir à l’assaut de l’arche, le Schizophragma grimper sur la treille et enfin cacher ce barbecue immonde, et la bordure de buis jouer à touche-touche. Pour les galets, dégager le pieds des rosiers une fois de temps en temps pour amender la terre ne devrait pas poser de problème. En tout cas, c’est une concession qui ne me dérange pas quand je vois l’effet des galet!
      Bises à toi!
      Julie

  3. Tu n’as pas chômé au jardin! Quand toutes ces plantations s’étofferont, ce sera superbe! la petite bordure de buis achève à merveille l’ensemble. Bravo la jardinière!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s